De Bamako à Dakar : la bataille d’influence des radios internationales

📻Podcast de France Culture. Dans l’émission Cultures Monde, écoutez Sébastien Poulain, docteur en sciences de l’information communication du MICA, sur le thème “De Bamako à Dakar : la bataille d’influence des radios internationales”.

Publié le 15 mai 2023.

En Afrique, les radios internationales ont une place importante dans le paysage médiatique. Tandis que les grandes radios occidentales voient leurs positions remises en cause, le développement de Radio Chine international illustre les ambitions de l’Empire du Milieu.

Avec
– Sébastien Poulain Docteur en sciences de l’information et de la communication à l’Université Bordeau Montaigne
– Selma Mihoubi Docteure en géopolitique, chercheuse et enseignante à Sorbonne Universités

RFI, BBC World, Voice of America Africa… Les radios internationales sont très implantées en Afrique. Elles émettent en français, en anglais, en wolof ou encore en fulfulde, un dialecte parlé principalement par les peuls dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest. Sur le continent, elles occupent un certain vide laissé par les radios nationales, plus rares et souvent soupçonnées d’accointances avec les pouvoirs en place. Si les journalistes de ces médias occidentaux sont indépendants, les chaînes sont tout de même des outils d’influence majeurs. C’est d’autant plus vrai qu’en Afrique, en dépit du développement d’Internet, la radio reste une source d’information très répandue notamment par sa simplicité de diffusion. Les 60 millions d’auditeurs de RFI en 2020 en témoignent.
Mais ces stations occidentales connaissent aujourd’hui plusieurs difficultés. Certains pouvoirs en place les accusent d’instrumentaliser les informations quand elles ne leurs sont pas favorables. L’interdiction récente de RFI au Mali puis au Burkina Faso témoignent ce rejet violent de l’influence française dans ces anciennes colonies. Par ailleurs, d’autres puissances veulent rentrer sur la scène médiatique internationale. Ainsi, Radio Chine Internationale utilise les ondes pour mettre en avant les belles relations commerciales entre Pékin et les capitales africaines.

Comment sont nées ces radios internationales et comment leurs missions ont évolué au cours du temps ? Comment sont-elles des outils d’influence sur le continent et surtout, à qui parlent-elles et pour dire quoi ?

Julie Gacon reçoit Sébastien Poulain, docteur en sciences de l’information et de la communication à l’Université Bordeau Montaigne ainsi que Selma Mihoubi, docteure en géopolitique à Sorbonne Universités.

Les radios internationales occidentales se sont installées en Afrique grâce aux empires coloniaux explique Sébastien Poulain : “RFI, à l’origine, s’est appelée Poste colonial et s’est implantée dans les années 1930 dans les colonies françaises principalement en Afrique de l’Ouest. À la même époque, la BBC s’installe dans les pays anglophones d’Afrique de l’Est.

Selon Selma Mihoubi, l’implantation de Radio Chine internationale en Afrique francophone va de pair avec son implantation diplomatique et économique de manière générale : “La Chine propose une sorte de package à ces pays en implantant des entreprises, en établissant des rapports diplomatiques et on ajoute en plus des médias chinois pour accompagner favorablement ces manœuvres économiques et diplomatiques.

Radio Chine internationale s’inscrit dans une ligne éditorial de “journalisme positif” et cherche avant tout à vanter les mérites de la Chine sans froisser les pouvoirs africains ou occidentaux affirme Selma Mihoubi : “Elle ne se positionne pas dans le conflit diplomatique entre la France et le Mali. Elle n’incrimine ni la France, ni RFI car ça n’est pas dans l’intérêt diplomatique de Pékin. […] Sur certains sujets, elle a une ligne assez pro-russe mais sur le plan militaire, elle a plutôt tendance à soutenir la France.

écoutez ici le podcast


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Caroline Le Mao (15 mai 2023). De Bamako à Dakar : la bataille d’influence des radios internationales. Soyons SAPS! Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ui36


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search