Emballé, c’est pesé. Les terroirs sont-ils nés sur les marchés ?

Sur France Culture, Xavier Mauduit reçoit, dans Le cours de l’histoire, Philippe Meyzie, historien, maître de conférences en histoire moderne à l’Université Bordeaux Montaigne, membre du CEMMC, spécialiste de l’histoire des cultures alimentaires régionales en France du XVIIe au XIXe siècles.

Emission du 16 janvier 2023. Ecouter l’émission en cliquant ici

Les aliments emblématiques d’un territoire ne sont pas une invention récente. À la fin du Moyen Âge, les perdrix de Nevers ou les pruneaux de Tours sont déjà connus. Au XVIIe siècle, ces produits labellisés d’après une ville ou une région se multiplient et acquièrent leur réputation gastronomique.
Avec
Philippe Meyzie Historien, maître de conférences en histoire moderne à l’Université Bordeaux Montaigne, spécialiste de l’histoire des cultures alimentaires régionales en France du XVIIe au XIXe siècles
Fabrice Poncet Historien, membre du Pôle rural de l’Université de Caen
Approchez ! Approchez, messieurs, dames ! Il est beau, il est bon mon jambon, mon jambon de Mayence ! Perdrix de Nevers, pruneaux de Tours, prunes confites de Brignoles et dragées de Verdun… Pains d’épices de Reims, abricots de Clermont, cerises de Montmorency, volailles du Mans, pâtes d’Amiens, andouille de Vire et bien sûr le bon beurre d’Isigny : faire son marché, c’est aussi réviser sa géographie.
L’apparition du bon goût
Les vins de Champagne, les melons de Langeais, les jambons de Mayence trouvent leur place dans les dictionnaires de commerce, l’Encyclopédie ou encore le Dictionnaire de l’Académie française. Ils sont associés à un savoir-faire, à une sélectivité des producteurs et des marchands qui cherchent à se distinguer sur un marché où apparaît le bon goût prescrit par les cuisiniers, les médecins et les aristocrates. D’après Philippe Meyzie, spécialiste de l’histoire des cultures alimentaires régionales en France du XVIIe au XIXe siècles, “tout un savoir-faire est mis en avant au XVIIIe siècle. Les produits ne sont pas perçus du côté du passé. Au contraire, ils incarnent le changement, l’innovation et la spécialisation agricole qui s’opèrent dans certaines campagnes. (…) Un discours de valorisation est porté autour de ces produits et prend de l’ampleur à partir de la fin du XVIIe siècle. Une hiérarchisation des produits s’opère dans les correspondances des marchands : la qualité du beurre est évoquée par sa couleur, celle des fruits s’ils sont très sucrés et on met surtout en avant la capacité des produits à se conserver.”


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Caroline Le Mao (16 janvier 2023). Emballé, c’est pesé. Les terroirs sont-ils nés sur les marchés ? Soyons SAPS! Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ui2k


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search