Hitler et “Mein Kampf”. Genèse de l’idéologie nazie

Dans son émission Le cours de l’histoire, sur France culture, Xavier Mauduit reçoit Nicolas Patin, Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Bordeaux-Montaigne, membre du CEMMC.

Emission du 28 février 2023.

Retrouvez l’émission en cliquant ici.

En 1924, emprisonné dans la forteresse de Landsberg en Bavière, Hitler entame la rédaction de “Mein Kampf”. Hiérarchie “raciale”, antisémitisme virulent, “espace vital” à conquérir, autant d’éléments annonciateurs de la politique du Troisième Reich.

Avec

  • Nicolas Patin Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Bordeaux-Montaigne
  • Olivier Mannoni Traducteur, essayiste, directeur de l’École de Traduction Littéraire

En 1920, deux ans après la fin de la Première Guerre mondiale, paraît Mein Kampf, traduit en français deux ans plus tard sous le titre Mes combats et dont le titre complet est : Mes combats à l’assaut du militarisme et de l’impérialisme allemands. Le livre, qui dénonce le militarisme prussien, est signé par Friedrich Wilhelm Foerster, professeur de philosophie et de pédagogie morale installé à Zurich. La portée historique de ce Mein Kampf n’est rien face à l’autre qui porte le même titre, paru dans les mêmes années, signé par Adolf Hitler.

Un livre structuré par l’antisémitisme

Le 11 novembre 1923, deux jours après le putsch raté de Munich, Hitler est arrêté et emprisonné dans la forteresse de Landsberg. Alors que son parti est dissout et que Hitler est condamné à une peine de cinq ans de prison pour haute trahison (dont il n’effectue que neuf mois), il entame un ambitieux projet littéraire qu’il pense sous-titrer “règlement de compte”. Très vite, sur les conseils de ses éditeurs, Hitler intègre des éléments autobiographiques, largement remaniés, qu’il mêle à des analyses théoriques bellicistes, racistes et antisémites. “Hitler a une idée redoutable, qui est une des charges de dangerosité du texte : on ne parle pas aux Allemands avec des grandes idées, mais avec de l’incarnation”, explique l’historien Nicolas Patin. “Hitler décide en juin 1924 de faire de Mein Kampf une autobiographie, ce qu’on appelle en allemand un Bildungsroman, un roman d’apprentissage. (…) Aujourd’hui, Mein Kampf est encore lu au Japon, en Inde, en Turquie et dans de nombreux pays comme un manuel de développement personnel.”


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Caroline Le Mao (28 février 2023). Hitler et “Mein Kampf”. Genèse de l’idéologie nazie. Soyons SAPS! Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ui2m


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search